Le Hezbollah en ligne de mire

Dimanche, le sioniste Benjamin Netanyahu, a rencontré pour la première fois Emmanuel Macron. Discutant entre autre de leurs inquiétudes communes sur l’armement du Hezbollah, et projetant des « plans d’actions » contre ce dernier.

Ce rendez vous spéciale a eu lieu à l’occasion de la commémoration du Vel d’Hiv de 1942. Il s’agit de leur première rencontre officielle depuis l’arrivée au pouvoir de Macron. Au cours de cette rencontre, le président français n’a pas cessé de réitérer la responsabilité de la France et du gouvernement de l’époque dans cet évènement.

Cette entrevue fut aussi l’occasion pour chacun de se consulter mutuellement, entre autre sur le conflit israélo-palestinien.

« Nous avons très longuement évoqué la situation au Proche-Orient avec le Premier ministre (israélien) et toutes les questions régionales, et je dois dire ici que je partage les inquiétudes israéliennes sur l’armement du Hezbollah au Liban-Sud, que nous recherchons et rechercherons la stabilité du Liban dans le respect de toutes ses communautés. Sur ce sujet, je compte poursuivre des actions diplomatiques qui permettront de limiter, réduire et éradiquer ce risque », a déclaré Macron.

Le sioniste Netanyahu, satisfait par ces propos, a salué « la détermination » de son hôte à combattre le racisme et l’antisémitisme, et est « convaincu » que la France a un potentiel « énorme » sous la direction du nouveau président.

Ce mois-ci, l’Onu a également fait part de ses inquiétudes du Hezbollah. En effet, le 11 juillet, António Guterres le secrétaire général de l’ONU, avait longuement mentionné la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité (2006), sur la prolifération des armes « non autorisées ».

« Alors que la situation est restée relativement calme le long de la ligne bleue, les risques sous-jacents posés par la présence d’armes non autorisées et les facteurs d’instabilité régionale ne doivent pas être sous-estimés », avait-il indiqué dans son rapport trimestriel.

L’Onu estime que l’autorité du Liban est « fragilisée à cause du Hezbollah et d’autres groupes qui continuent de détenir des armes, en violation des obligations du pays au titre de la résolution 1701 ».

Avec comme source: Lorientlejour, jnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *