L’Irak se plaint de l’accord entre le Hezbollah et Daesh, Nasrallah répond et calme les tensions

Le gouvernement irakien et plusieurs groupes irakiens ont exprimé leur colère face à l’accord entre Hezbollah et Daesh qui permit aux derniers de fuir vers la frontière irako-syrienne en échange de la libération de soldats libanais dont le sort était incertain.

Un accord entre Daesh et le Hezbollah a permis, le 28 août, à 310 djihadistes et 331 civils d’évacuer la région du Qalamoun, à cheval entre la Syrie et le Liban, au terme d’une semaine de combats entre le groupe terrorisre te et les armées libanaise et syrienne et le Hezbollah. En effet, Daech était implantés depuis 3 ans dans cette zone montagneuse.

Ces bus transportant les terroristes et leurs familles devaient se diriger dans la ville syrienne de Deir ez-Zor qui se trouve dans la frontière syro-irakienne.

L’Irak en colère

Dans un discours prononcé hier, Sayed Hassan Nasrallah a assuré qu’il s’était rendu « personnellement » à Damas pour demander à Bachar Al-Assad d’accepter l’accord avant qu’il ne soit conclu avec Daesh. Ce dernier, bien qu’embarrassé par la demande, aurait accepté la demande, selon Sayed Hassan Nasrallah.

Ceci dit, cette démarche n’a pas été effectué auprès des autorités irakiennes ce qui les a assez énervé sachant que l’Irak combat Daesh depuis des années et que les frontières restent les zones les plus difficiles.

Certains groupes irakiens ont soutenu Sayed Nasrallah, d’autres n’ont pas accepté cette démarche, surtout sans que l’Irak en soit prévenu.

Quant au premier ministre irakien Haider Al-Abadi, il s’est dit « très inquiet » de ce transfert « inacceptable » de terroristes à la frontière de son pays.

« Les forces irakiennes combattent et tentent d’éliminer [Daesh], et non de le contenir ou de le renvoyer chez les autres », a-t-il déclaré.

La réponse de Sayed Nasrallah

Le chef de la résistance islamique au Liban, Sayed Hassan Nasrallah, a tenu un discours ce jeudi. Mais il n’a pas attendu jeudi pour répondre à ses frères et alliés irakiens. En effet, mercredi, il a publié un communiqué officiel où il explique le pourquoi du comment en restant compréhensible de la réaction irakienne car qui voudrait de la poubelle terroriste qu’est Daesh ?

Sayed Hassan Nasrallah déclara :

« Compte tenu des déclarations exprimées par un certain nombre de responsables irakiens concernant les dernière négociations qui ont eu lieu dans la région syrienne de Qalamoun, et de certains commentaires émanant de diverses personnalités irakiennes à ce sujet, il convient d’y répondre sur la base de la fraternité et de l’affection qui nous unit:

1. L’accord stipule que le transfert d’un certain nombre de militants de Daech et de leurs familles concerne une région située en territoire syrien vers une autre région syrienne, en l’occurence Deir Zour . Par conséquent, il ne s’agit pas d’un transfert depuis le territoire libanais vers le territoire irakien, sachant que la majorité des combattants qui se trouvent dans le Qalamoun sont des syriens, dont quelques individus d’entre eux sont restés sur le territoire libanais.

2. Le nombre de ceux qui ont été transférés ne dépassent pas les 310 hommes armés. Ce sont des hommes vaincus, brisés et qui se sont rendus sans la moindre volonté de combat. ET donc, leur présence ne pèsent pas dans l’équation de la bataille à Deir al-Zour, où l’on prétend qu’il se trouve des dizaines de milliers de combattants.

3. La zone vers laquelle ils ont été évacuésm se situe sur une ligne de front dans le désert syrien, où l’armée syrienne et ses alliés mènent des combats des plus acharnés depuis plusieurs mois. Sachant que la lance de fer de cette attaque contre Daech dans zone en question, est le Hezbollah: qui a offert un grand nombre de martyrs . Autrement dit, nous transférons ces hommes défaillants d’un front où nous combattons vers un autre où , également nous nous battons.

4. Au Liban, nous sommes confrontés à une question humanitaire et nationale : celles des soldats de l’armée libanaise enlevés par Daech , depuis plusieurs années. Or, tous les Libanais sont d’accord pour que leur sort soit révéleret de les libérer s’ils sont encore vivants ou de restaurer leur corps s’ils étaient des martyrs. Et donc, la seule et unique voie pour réaliser cette fin est de négocier avec ces hommes armés pour résoudre cette question nationale et humanitaire. Daech a refusé de révéler leur sort. Après une bataille très dure des deux côtés de la frontière libano-syrienne et aprés avoir perdu la majeure partie de sa puissance , Daech a finalement cédé.

Le recours à une solution militaire globale était possible et facile, mais cela aurait causé du tort au destin des soldats de l’armée libanaise.

5. Je souhaite rappeler à nos chers frères que le Hezbollah s’est engagé avec force et puissance sur les fronts aux côtés de l’armée syrienne pour faire face aux organisations takfiristes et ce , depuis le début de la guerre. Il a combattu dans plusieurs fronts aux côtés de l’armée syrienne, réduisant à néant les capacités des terroristes -takfiristes , sans jamais recourir à la stratégie de confinement.

Notre objectif est de vaincre tous les groupes extrémistes en menant contre eux des combats. Sauf que pour chaque front, sa tactique dans la conduite des batailles afin de réaliser la victoire.

6. Le Hezbollah n’a pas hésité, une seule fois, à combattre Daech, quelque soit le lieu ou le temps, là où le devoir l’appele. Or, vous savez parfaitement, que le Hezbollah n’est certes pas cette partie envers laquelle vous pouvez mettre en question ou en doute ses intentions ou ses prégujés ou encore son courage et son honnêteté , en particulier dans cette bataille.

De plus, il ne convient pas de pointer du doigt et de remettre en question la direction syrienne parce que cet accord qui est avec le Hezbollah, a été accepté par la direction syrienne, dont l’ armée combat Daech dans un grand nombre de fronts : depuis Hama en passant par l’est de Homs, au sud de Raqqa jusqu’à l’ouest de Deir al-Zour dans le désert syrien . Et quotidiennement, l’armée perd un grand nombre de martyrs.

7 – Nous sommes fiers de la participation de nos frères moujahidines dans les factions de la résistance irakienne qui se sont précipités depuis les premiers jours de la guerre en Syrie pour être présent dans toutes les arènes syriennes. Ce sont des hommes qui portent des idées ingénieuses , contrairement à certains qui s’interrogent encore sur le genre des anges. Nous avons combattu avec eux , coude à coude, nous avons mélangé notre sang dans un grand nombrede fronts. Ces héros Irakiens combattent toujours dans les mêmes tranchées et réussisent à changer les équations. Nous sommes fiers d’eux et apprécions leur présence constante , leurs grands sacrifices offerts pour la défense de la nation et des lieux saints. Nous les remercions.

Enfin, je tiens à féliciter les Irakiens pour toutes les grandes victoires à Mossoul et à Tal Afar, des victoires créées par leur sang béni, leurs courageuses forces armées et leur Hachd alChaabi.

Je confirme que notre combat est Un, notre destin est Un . Notre victoire sur les terroristes-takfiristes, sur leurs alliés et leurs sponsors régionaux et internationaux sera historique, et rien ne pourra ébranler la détermination de nos frères.

Sayyed Hassan Nasrallah

30 août 2017, correspondant à 8 al-Hojja 1438 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *