Hassan Nasrallah du Hezbollah

Sayed Nasrallah donne son avis sur les manifestations en Iran

Sayed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, a accordé une interview ce mercredi soir à la chaîne Al-Mayadeen où il discuté de plusieurs sujets extrêmement importants.

Nous vous proposons de découvrir la partie de l’interview qui a porté sur les récentes manifestations en Iran :

Q : Avez-vous fêté le nouvel an ou vous étiez préoccupé par les évènements en Iran ?

Sayed Nasrallah : Pour ce qui est de l’Iran, rien ne suscite l’inquiétude. Tout ce qui se passe reste sous le contrôle de l’Etat. La situation diffère de celle de l’Iran en 2009. Les circonstances des manifestations en Iran ne sont pas liées aux conditions politiques mais sont plutôt d’ordre économique. Les courants politiques en Iran sont unanimes dans leur soutien à l’Etat. La question se résume par la faillite de certaines sociétés financières et bancaires. Je ne suis pas au courant des raisons de cette faillite, mais tout ce que je sais c’est que des milliers d’investisseurs ont perdu leurs capitaux. Donc, les manifestations ont commencé en raison de facteurs économiques. Mais des groupuscules liés au fils du Chah et à l’organisation terroriste des Moujahidines du peuple sont intervenus pour faire virer les manifestations vers des actes violents.

Les dirigeants en Iran ont tranquillement géré la crise et ont réussi à séparer les manifestants des émeutiers… Les Etats-Unis, Netanyahu, les médias saoudiens ont comme d’habitude amplifié ces protestations. Quant aux responsables iraniens, ils se sont comportés avec une grande sagesse et ont mis fin à ce cycle de violence…

Le dirigeant des gardiens de la révolution vient d’annoncer la fin des actes de violence, bien que cette institution n’ait pas eu besoin d’intervenir.

Q : Le président Rohani a fait preuve de plus d’ouverture et de compréhension envers les manifestants pour des raisons économiques ?

Sayed Nasrallah : La question économique constitue l’un des plus grands défis pour l’Iran, soumis aux sanctions internationales, exposé à une guerre destructrice, auxquelles vient s’ajouter le taux de la croissance en perpétuelle hausse de la population . Tout cela provoque un problème économique majeur, et un taux élevé de chômage.

Le guide suprême a parlé longuement de l’économie de résistance. Les responsables iraniens comprennent les revendications populaires, mais ils avertissent contre les tentatives des ennemis de faire virer les manifestations de leurs objectifs essentiels. Les institutions de l’Etat, le Parlement, le gouvernement et autres travaillent sérieusement pour régler la crise.

Q : On a entendu des slogans opposés [dans les manifestations en Iran] au soutien de l’Iran à Gaza et au Liban ?

Sayed Nasrallah : Ce slogan n’est pas nouveau. On l’a entendu en 2009 avant les élections. Ces appels n’ont pas d’assise populaire. La majorité du peuple iranien adhère à la cause de la Palestine et à l’axe de la résistance et les perçoivent comme étant une partie intégrante de leur conviction religieuse voire patriotique et nationale.

Lors des débats sur la Syrie, le guide suprême et les responsables iraniens expliquent clairement au peuple, dans le cadre de la démocratie populaire, que si l’Iran ne combattait pas Daech et le terrorisme en Syrie et en Irak, les groupes terroristes auraient déclenché leur guerre sur les territoires iraniens.

Allez demander un soutien financier au peuple iranien pour les groupes de la résistance, et vous verrez des millions d’Iraniens venir à l’aide.

Les espoirs de Donald Trump (le président américain) ont été douchés et ils le seront à l’avenir, de même que ceux des responsables saoudiens et tous ceux qui ont misé sur une chute du régime en Iran ou même une guerre civile dans le pays. Je voudrais rassurer les partisans de la résistance et de l’Iran: ne craignez rien et n’ayez pas de soucis face aux allégations des médias.

Q : le prince saoudien Mohammad ben Salman trouve qu’une partie de son rêve a été réalisé ?

Sayed Nasrallah : Des rapports de renseignements américains et israéliens assurent aux dirigeants américains et sionistes que le problème en Iran a pris fin. Donc, c’est irréaliste de considérer que le rêve de ben Salmane a été réalisé en partie.

Avec comme source : Al-Manar TV

Un commentaire

  1. Il ne faut pas se laisser distraire par ces incrédules.Il est temps de se serrer la avoir l’esprit de dépassement pour le malentendu entre les musulmans unissons nous autour de l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *