Zarif : Sans l’Iran, les capitales arabes seraient aux mains de Daesh

Les États-Unis, qui qualifient le comportement de Téhéran de «déraisonnable» et «déstabilisant», refusent de reconnaître le rôle que l’Iran joue au Proche-Orient. Comme l’estime le chef de la diplomatie de ce pays, sans l’aide iranienne, Daech aurait occupé depuis longtemps Damas et Bagdad.

Le refus des États-Unis de changer son attitude sur le rôle de Téhéran au Proche-Orient est regrettable, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

«Malheureusement, après de longues années d’erreurs, les Américains ne veulent pas changer leur position [et reconnaître, ndlr] que l’Iran stabilise la situation et combat le terrorisme dans la région», a-t-il déclaré, cité par l’agence ISNA.

Et de souligner que sans l’Iran, le groupe terroriste aurait contrôlé les capitales syrienne et irakienne, Damas et Bagdad, ainsi que se serait emparé d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

La Maison-Blanche avait récemment annoncé que le comportement «déraisonnable» de l’Iran ainsi que le corps des Gardiens de la révolution islamique représentaient une des plus grandes menaces aux intérêts de Washington et à la stabilité au Proche-Orient. Les autorités américaines accusent Téhéran de profiter de l’instabilité dans la région et des conflits qui la secouent pour élargir son influence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *