Nigeria : Une commission d’enquête confirme le massacre de 347 chiites

Une commission publique d’enquête a confirmé lundi que l’armée nigériane a tué 347 chiites à Kaduna en décembre dernier. Les conclusions de la commission d’enquête judiciaire estime que des soldats devraient être traduits en justice pour leur implication.

Ce massacre de masse, dénoncé par certains politiciens locaux et par Amnesty International qui avait demandé la mise en place d’une enquête indépendante, a toujours été nié par l’armée nigériane.

Le rapport, publié dimanche, dénonce un « usage excessif de la force » et confirme les révélations de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International, sur les événements qui se sont produits dans la ville de Zaria, dans l’État de Kaduna.

«La commission recommande par conséquent que des mesures devraient être prises immédiatement pour identifier les membres de l’armée qui ont participé à ces tueries entre les 12 et 14 décembre en vue de les poursuivre en justice », peut-on lire dans le rapport de la commission d’enquête.

« Sur les 349 personnes déclarées mortes, 347 ont été enterrées dans une fosse commune », ajoute la commission. Le commandement militaire, qui a toujours réfuté ces allégations et affirme que des membres d’un groupuscule islamiste armé ont tenté d’assassiner son chef d’état-major dont le convoi était bloqué par les habitants, a indiqué lundi qu’il étudiait le rapport.

En décembre 2015, les autorités nigérianes ont tué des centaines de chiites réunis dans un lieu privé après qu’ils furent accusés de tenter de tuer un général militaire. Ces accusations sont sans preuves et Amnesty International avait bien signalé que tous les tués étaient des civils dont des femmes et enfants.

Sheikh Ibrahim Zakzaky, le chef des chiites au Nigeria, est détenu depuis cette attaque où il a perdu plusieurs fils. Blessé après les heurts avec l’armée, il est partiellement paralysé et a perdu un oeil.

Source : AFP et Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.