La méthodologie d’Ahl el Bayt détruit la thèse de la falsification du Coran

Le Prophète (sawas) et les imams d’Ahl el bayt (as) ont tous demandé que les hadiths qui leur sont attribués soient confrontés avec le saint Coran. Si les hadiths le contredisent, ils doivent être rejetés et ne sont que des mensonges faussement attribués aux 14 infaillibles (as). Le coran est la constitution et les hadiths les articles de loi. Si ces derniers contredisent la constitution, ils ne passent pas et sont rejetés.

(…) D’Ayoub ben Al-Hur qui dit : j’ai entendu Aba Abdillah (as) dire : « Toute chose doit revenir au Livre et à la Sunnah. Et tout hadith qui n’est pas en accord avec le livre d’Allah est alors un mensonge aux belles apparences (zukhruf) »

عدة من أصحابنا ، عن أحمد بن محمد بن خالد ، عن أبيه ، عن النضر بن سويد ، عن يحيى الحلبي ، عن أيوب بن الحر قال : سمعت أبا عبد الله عليه السلام يقول : كل شئ مردود إلى الكتاب والسنة ، وكل حديث لا يوافق كتاب الله فهو زخرف

Al-Kafi, d’Al-Kulayni, Vol 1, page 69, hadith n°3
Al-Majlissi dit que ce hadith est Sahih (authentique) (Mirât Al-‘Uqul, Vol 1, page 229)

(…) De Hicham ben Al-Hakam et d’autres d’Aba Abdillah (as) qui dit : « Le Prophète (sawas) a fait un sermon à Mina, il a alors dit : Ô gens, ce qui vous vient de moi en accord avec le livre d’Allah, alors je l’ai dit. Et ce qui vous vient en contradiction avec le livre d’Allah, alors je l’ai pas dit »

محمد بن إسماعيل ، عن الفضل بن شاذان ، عن ابن أبي عمير ، عن هشام بن الحكم وغيره ، عن أبي عبد الله عليه السلام قال : خطب النبي صلى الله عليه وآله بمنى فقال : أيها الناس ما جاء كم عني يوافق كتاب الله فأنا قلته وما جاء كم يخالف كتاب الله فلم أقله .

Al-Kafi, d’Al-Kulayni, Vol 1, page 69, hadith n°5
Al-Majlissi dit que ce hadith est majhul (inconnu) mais considéré comme Sahih (authentique) (Mirât Al-‘Uqul, Vol 1, page 229) مجهول كالصحيح

À la fin d’un hadith où ils discutaient sur la vision de Dieu (Al-Ru’ya), Abu Qurra dit à Abu Al-Hassan (as) : « Alors, déments-tu les narrations ? »

Abu al-Hassan (as) a alors répondu : « Si les narrations contredisent le Coran, je les démens »

قال أبو قرة : فتكذب بالروايات ؟ فقال أبو الحسن عليه السلام : إذا كانت الروايات مخالفة للقرآن كذبتها

Al-Kafi, d’Al-Kulayni, Vol 1, page 96, hadith n°2
Al-Majlissi dit que ce hadith est Sahih (authentique) (Mirât Al-‘Uqul, Vol 1, page 328)

Si le coran a été falsifié comment serait-il possible que les infaillibles nous demandent de le prendre comme ultime autorité pour accepter tel hadith ou rejeter tel hadith ? Comment un livre falsifié pourrait-il être le juge de ce qui est véridique pour notre foi ?

Le coran qui dit que tel hadith est à prendre ou à rejeter se doit d’être parfait et complet sinon cela n’a aucun sens de lui donner le rôle de la référence et le juge ultime pour une simple et très bonne raison : Il n’est alors tout simplement plus un juge.

En effet, S’il est falsifié, techniquement, il n’est plus possible qu’il soit utilisé pour accepter ou rejeter tel ou tel hadith. Si un hadith doit être analysé avec un verset pour qu’il soit accepté, si le coran a été falsifié, ce ne sera plus possible car soit le coran est manquant (donc les versets auxquelles les hadiths doivent revenir sont manquants) soit falsifié par ajouts de mots ou versets (donc les versets sont faux et les hadiths ne peuvent être filtrés par le coran puisqu’ils ne peuvent être filtrés par le faux).

Concrètement, inventons un exemple simpliste pour comprendre correctement ce point. Imaginons qu’il existe un verset coranique « Ne mangez pas les pommes vertes ». Mais le coran a été falsifié. Ce verset a été complètement supprimé ou bien « vertes » a été remplacé par « rouges ». Il existe un hadith qui dit que nous pouvons manger les pommes vertes. Suivant les ordres d’Ahl el Bayt (as), nous devons faire revenir ce hadith au coran pour savoir s’il est acceptable ou non. Si le coran est falsifié, cela n’est pas possible.. En effet, puisque le verset des pommes vertes a soit été supprimé soit changé (« vertes » par « rouges »). Et les pommes vertes seront mangés alors que Dieu les avait interdites !

Dès lors, si les Ahl el Bayt nous demande de faire revenir les hadiths qui leur sont attribués à ce livre, cela signifie obligatoirement que le coran est complet et authentique. « Le faux ne l’atteint [d’aucune part], ni par devant ni par derrière » Coran 41:42

Le grand savant et exégète (mufasir) chiite, Al-Fayd Al-Kashani (m. en 1680), dit : « Il a été énormément rapporté du Prophète (sawas) et des imams (as), le hadith du retour de la narration rapportée au livre d’Allah pour que tu puisses connaître sa véracité du fait qu’elle soit en accord avec lui ou sa corruption du fait qu’elle le contredise. Si le Coran qui est entre nos mains était falsifié, à quoi sert alors de lui faire revenir les narrations ? »

Tafsir Al-Safi, d’Al-Kashani, vol 1, page 51

Le grand savant et muhaqiq chiite, Ali ben Hussain Al-Kirki (m. en 1533), dit sur ce point et les hadiths qui prétendent que des parties du coran sont manquantes : « Il n’est pas acceptable que le livre auquel doivent retourner les narrations soit autre que le livre notoire (mutawatir) qui est entre nos mains et les mains des gens. Autrement, la responsabilité religieuse demanderait ce qui est au-delà du faisable (supportable). Il est obligatoire de faire revenir les narrations à ce livre et les narrations de l’altération (des versets manquants) s’ils sont retournés au coran, ils le contredisent puisqu’ils disent qu’il n’est pas . Et quel démenti pire que celui-ci ?! »

Al-Burhan, de mirza Mahdi Bourujurdi, page 116-117

Très bonne remarque d’Al Kirki, qu’Allah lui fasse miséricorde. Si le coran est falsifié et manquant, alors les Ahl el Bayt nous demande l’impossible puisque nous ne pouvons faire revenir les hadiths à des versets falsifiés (donc qui ne sont pas des versets d’Allah) ou manquants (puisqu’on ne les a pas). Ensuite, les hadiths parlant de falsification sont les premiers à contredire les versets coraniques comme le suivant : « Le faux ne l’atteint [d’aucune part], ni par devant ni par derrière » Coran 41:42

———–

Deux articles similaires :

-L’avis des savants chiites sur la falsification du Coran

-Ghadir Khumm détruit la thèse de la falsification du Coran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *