Les actes qui invalident le jeune du mois de ramadan

Quels sont les actes qui invalident le jeûne dans le Chiisme ?

Le jeûne du mois de Ramadan (sawm shah Ramadhan) ou de tout autre jour dans l’année peut être invalidé dans le fiqh jafarite par plusieurs actes ou actions dont vous pouvez retrouver les détails ci-dessous selon l’avis du grand savant chiite Sayed Ali Al-Sistani :

« Il y a neuf actes qui invalident le jeûne :

I. Manger et Boire

Si quelqu’un mange ou boit quelque chose intentionnellement alors qu’il est conscient qu’il fait le jeûne, son jeûne devient invalide, peu importe que la quantité ingérée soit importante ou insignifiante, et peu importe que ce qu’il mange ou boit soit usuel (pain ou eau, par exemple), ou inhabituel (de la terre ou de la sève d’arbre, par exemple). En d’autres termes, si on avale quoi que ce soit, et si insignifiante en soit la quantité, le jeûne est invalidé. Ainsi, à titre indicatif, si quelqu’un sort sa brosse à dents (miswâk) de sa bouche puis l’y réintroduit et en avale l’humidité, son jeûne sera invalidé, sauf si cette humidité se mélange à la salive et s’y dilue de telle sorte qu’on ne puisse plus dire qu’il y a humidité extérieure.

II. L’acte sexuel

L’acte sexuel invalide le jeûne, même si le membre viril ne pénètre que jusqu’à l’endroit de la circoncision, et même s’il n’y a pas émission de sperme.

III. L’onanisme (istimnâ)

Si une personne en état de jeûne se masturbe, et que cet acte aboutit à l’émission de sperme, son jeûne sera invalidé.

IV. Attribuer quelque chose de faux à Allah ou à Son Prophète

Si une personne en état de jeûne attribue intentionnellement quelque chose de faux à Allah, et au Prophète (P) et ses représentants (p), oralement, par écrit ou par signes, son jeûne devient invalide, même s’il se rétracte tout de suite et s’en repent. Et par précaution recommandée, rien de faux ne doit être attribué ni à Fâtimah al-Zahrâ'(p), la fille du Saint Prophète (P), ni aux Prophètes et leurs successeurs.

V. Laisser pénétrer la poussière jusqu’à la gorge

Par précaution obligatoire, laisser pénétrer une poussière épaisse jusqu’à la gorge, invalide le jeûne; il est indifférent que cette poussière provienne de quelque chose qu’il est licite de manger (comme la farine), ou d’illicite (par exemple, la poussière de la terre).

VI. Plonger la tête dans l’eau

Selon la position juridique bien connue (mach-hûr), si une personne, en état de jeûne, plonge intentionnellement la totalité de la tête dans l’eau, son jeûne devient invalide, lors même que le reste de son corps demeure hors de l’eau. Toutefois, selon l’opinion juridique la plus vraisemblable, cet acte n’invalide pas le jeûne, mais il est très détestable, et doit être donc évité.

VII. Rester en état d’impureté due à l’acte sexuel (junub), aux règles ou aux lochies jusqu’à l’aube

Si une personne en état d’impureté rituelle omet, intentionnellement, de prendre le bain rituel requis jusqu’à l’Appel à la Prière de l’Aube, son jeûne sera invalide. De même, celui qui est redevable d’un tayammum (au lieu du bain rituel requis), et qui omet intentionnellement d’y procéder, son jeûne sera invalide. Cette règle s’applique également lors de l’accomplissement du jeûne manqué de Ramadhân.

Si, pendant une nuit du mois de Ramadhân, quelqu’un qui se trouve en état d’impureté rituelle (junub) dort, et qu’après s’être réveillé, décide de se rendormir en étant sûr qu’il se réveillera avant l’Appel à la Prière de l’Aube afin d’accomplir le bain rituel requis, mais que, contrairement à ses prévisions et à sa volonté, il ne se réveillera pas avant l’Appel à la Prière de l’Aube, il aura alors à accomplir le jeûne manqué de ce jour-là. Et au cas où il se réveillerait une seconde fois et dormirait une troisième fois sans se réveiller avant l’Appel à la Prière de l’Aube, il lui faudrait accomplir le jeûne manqué de ce jour-là, et acquitter en outre, par précaution recommandée, le rachat (kaffârah) prescrit.

Si une femme cesse d’avoir ses règles ou ses lochies avant l’athân de l’aube, pendant le mois de Ramadhân (ou, par précaution, pendant un jour où elle veut s’acquitter, à titre de qadhâ’, d’un jeûne manqué de Ramadhân) et qu’elle omet délibérément de faire le ghusl (ou faute de temps, le tayammum de remplacement) requis, son jeûne sera invalide. Si cela se produit à l’occasion d’un jeûne autre que celui du mois de Ramadhân (ou de remplacement du jeûne de Ramadhân), le jeûne ne sera pas invalide, bien que, par précaution, elle doive prendre un bain avant d’observer le jeûne. Et si une femme, qui a l’obligation de faire le tayammum au lieu du ghosl de menstrues ou de lochies, omet de le faire (tayammum) avant l’athân de l’aube, pendant le mois de Ramadhân, son jeûne est invalide.

Si une femme cesse d’avoir ses règles ou ses lochies avant l’athân de l’aube, pendant le mois de Ramadhân, et qu’elle n’a pas le temps de prendre le bain rituel prescrit, elle doit accomplir le tayammum, et il n’est pas nécessaire qu’elle reste éveillée jusqu’à l’heure de la Prière de l’Aube. La même règle s’applique à quiconque a l’obligation de faire le tayammum (au lieu du ghusl), lorsqu’il se trouve en état de janâbah.

Si une femme cesse d’avoir ses règles ou ses lochies juste avant l’athân de l’aube, au mois de Ramadhân, et qu’elle n’ait le temps de faire ni bain rituel, ni tayammum, son jeûne sera valide.

Si une femme cesse d’avoir ses règles ou ses lochies juste avant l’athân de l’aube, ou si ses règles ou ses lochies commencent pendant la journée, même à peine avant le crépuscule, son jeûne est valide.

Si une femme oublie de prendre le bain requis après ses règles ou ses lochies, et qu’elle s’en souvient un ou plusieurs jours plus tard, le jeûne observé pendant la période d’oubli sera valide.

Si une femme cesse d’avoir ses règles ou ses lochies avant l’athân de l’aube, et qu’elle néglige de faire le ghusl (ou faute de temps, le tayammum) avant l’athân de l’aube, son jeûne sera invalide; mais s’il n’y a pas négligence de sa part, par exemple si elle est obligée d’attendre son tour (dans un bain public) pour pouvoir accomplir le ghusl, son jeûne sera valide, même si elle s’endort trois fois sans faire le ghusl jusqu’à l’heure de la Prière de l’Aube, à condition qu’elle fasse le tayammum.

Si une femme se trouve en état de règles excessives (istihâdhah kathîrah), son jeûne sera valide même si elle prend le bain rituel conformément aux prescriptions mentionnées précédemment au chapitre correspondant (Article 187). De même, son jeûne sera valide, même si elle ne fait pas le ghusl prescrit pour une femme en état de règles semi-excessives (istihâdhah mutawassitah).

VIII. Le lavement

(Cette partie concerne le lavage d’intestin ou d’autres organes digestifs, ce qui est pratiqué des fois pour certains problèmes de santé)

Si une personne en état de jeûne reçoit un lavement avec un liquide, son jeûne devient invalide, même si elle est obligée de le faire à titre de traitement médical.

IX. Le vomissement

Si une personne en état de jeûne vomit intentionnellement, son jeûne devient invalide, même s’il l’a fait à cause d’une maladie. Toutefois, si on vomit involontairement ou par erreur, le jeûne ne devient pas invalide. »

Source : « Le guide pratique du musulman » (Livre 2) de Sayed Ali Al-Sistani (traduit par Bostani)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *