Déminage: L’Irak a le taux de contamination le plus élevé au monde

En Irak, le travail de déminage a commencé dans certains endroits ayant été piégés et abandonnés par Daesh, notamment dans la plaine de Ninive, où certains villages ont été désertés par leur habitants.

De nombreux villages abritant les minorités Yazidis, Kakaïs et Chrétiennes, mais aussi les zones Chiites et Turkmènes, sont désertés et invivables depuis le départ de Daesh, ces derniers ayant été chassés, ont déposé des mines un peu partout, sur les routes, les champs et maisons. Les habitants se retrouvent sans logis et sous la dépendance des aides humanitaires.

Selon le Quai d’Orsay, en terme de densité, l’Irak détiendrait le taux de contamination le plus élevé au monde. Les actions de déminage sont particulièrement dangereuses. Paris s’est engagée dans une opération de décontamination de certains villages, en formant en outre des locaux à reperer, identifier et détruire des engins explosifs. Une opération qui devrait couter plus de 300.000 euro.

« La tâche est immense. Dans un seul de ces villages, plus de 1500 mines ont été repérées […] Mais c’est un enjeu vital pour permettre le retour des déplacés de la plaine de Ninive. Leur instruction va prendre du temps, c’est pourquoi il est essentiel que l’on commence dès maintenant, avant la libération complète de la plaine de Ninive. Dans les zones de conflit où le nettoyage n’a pas été fait correctement, les mines font encore des victimes 20 ans plus tard. » a déclaré Faraj Benoît Camurat, président de l’association Fraternité en Irak.

Plus de 22.000 personnes attendent de retrouver leur village saccagés par Daesh.

 

Avec comme source: Afp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.