Irak: Libération de Mossoul en cours

La Libération de Mossoul (QG de Daesh) a débuté hier, lundi 17 Octobre 2016. Les opérations militaires de l’armée Irakienne, des volontaire Chiites, des combattants Sunnites ainsi que des forces Peshmergas Kurdes sont en train de libérer la ville de Mossoul, le dernier bastion des terroristes takfiristes de Daesh en Irak depuis Juin 2014.

Cette mission a fait l’objet d’une grande planification. Les offensives sur la ville partent de trois directions différentes. Voici une série de mises à jour en direct du 2ème jour de libération de la ville de Mossoul:

 

  • Des avions de chasse irakiens ont ciblé un convoi de Daesh qui fuyait Mossoul. Une source militaire a déclaré à la chaîne de télévision al-Sumaria que l’avion militaire irakien avait frappé 30 véhicules la nuit précédente dans une zone proche de la frontière Syrienne. Les terroristes tués fuyaient Mossoul pour se rendre à Raqqah, QG de Daesh en Syrie

 

  • Hissam Abaar, un membre du Conseil provincial de Ninive, a déclaré que les forces Peshmergas Kurdes sont à seulement 12 kilomètres du centre-ville de Mossoul et font des progrès par le biais de Khazar

 

  • Parallèlement, des milliers de manifestants en colère se sont rendus à l’ambassade de Turquie à Bagdad pour condamner la présence militaire turque dans le nord de l’Irak. Le déploiement militaire de la Turquie en Irak s’est fait sans le consentement des autorités Irakiennes et a provoqué de réelles tensions entre Ankara et Bagdad.

 

  • Lundi, Muqtada al-Sadr a appelé ses partisans à converger en dehors de l’ambassade de Turquie pour exprimer leur indignation sur le déploiement des forces Turques installées au camp militaire de Bashiqa, à environ 12 km au nord de la ville.

 

  • Le président du gouvernement régional du Kurdistan irakien (KRG), Masoud Barzani a annoncé que 200 km carrés ont été déminés dans la première phase de la bataille pour libérer Mossoul, grâce à une étroite coordination entre l’armée Irakienne et les forces Peshmergas.

 

  • La région Kurde du nord de l’Irak se prépare à un afflux de plusieurs réfugies provenant de Mossoul. Des milliers de personnes fuient actuellement et se rendent vers le camp Debaga à la périphérie d’Erbil depuis le lancement des opérations.

 

«Militairement, le niveau de l’EI a largement baissé par rapport à l’été 2014. Ils ont moins de roquettes et de mortiers, et quasiment plus de véhicules blindés. Ils ne peuvent pas tenir en première ligne», explique Arthur Quesnay, chercheur au think tank français Noria Research.

 

 

Avec comme source: Abna, Sputnik.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.