Bahreïn: Affrontements entre chiites et force de l’ordre

Mercredi, des heurts ont eu lieu entre les forces de l’ordre et des villageois Bahreïnis partisans du Sheikh Issa Qassem, chef spirituel chiite récemment déchu de sa nationalité. La police a procédé à de nombreuses arrestations.

Mercredi, à Dirza, village chiite situé près de Manama, la police Bahreïni a fait une descente et a procédé à maintes arrestations, en usant de gaz lacrymogène pour séparer plusieurs jeunes militants. Ces protestations sont organisées depuis que le Sheikh Issa Qassem s’est vu déchu de sa nationalité, depuis juin.

Parmi les protestataires, des femmes brandissaient le portrait du Sheikh, et des jeunes lançaient des pierres en direction des forces de l’ordre. C’est ce que révélaient les images postées sur Twitter.

Plusieurs autres manifestations ont eu lieu dans d’autres villages chiites, à Beni Jamrah, Bilad al-Qadim, Chahrakan. Selon un activiste, il y aurait eu au moins un blessé.

Le ministère bahreïni de l’Intérieur a déclaré sur Twitter avoir procédé mercredi matin à « l’arrestation de personnes recherchées dans certains villages et à des perquisitions dans leurs maisons ».

Sheikh Issa Qassem âgé de 75 ans est un chef spirituel chiite et opposant du pouvoir sunnite à Bahreïn, il a été poursuivi en justice pour « collecte illégale de fonds » et « blanchiment d’argent ». Le 20 juin 2016 il a été déchu de sa nationalité, le ministère de l’Intérieur l’accuse de promouvoir le confessionnalisme et de secrètement « servir des intérêts étrangers », autrement dit l’Iran.

L’ONU avait dénoncé ces allégations comme étant non-fondées et que le régime dictatorial utilise souvent pour réprimer toute contestation.

Avec comme source: L’orientlejour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *