Rohani : chacun a le droit de manifester… mais sans violence !

Le président iranien s’est dit, dimanche, favorable à un « espace » permettant à la population de s’exprimer, tout en condamnant les violences.

Les manifestations ont commencé jeudi à Mashhad contre le président Rohani et les problèmes économiques du pays. Mais dans les jours suivants dont aujourd’hui les manifestations sont devenues violentes et s’attaquent désormais au régime et système islamique du pays. Jusqu’à maintenant, deux personnes – ou trois selon d’autres informations – ont été tuées et plusieurs centaines ont été arrêtées.

Dimanche, le président iranien a tenté de calmer la situation lors de sa première réaction depuis le début des manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs villes iraniennes.

Ainsi, Hassan Rohani a reconnu aux Iraniens le droit de manifester, affirmant que son pays devait fournir « un espace » pour que la population puisse exprimer ses « inquiétudes quotidiennes ». Rohani a aussi fermement condamné « la violence et la destruction de biens publics ».

« Critiquer, c’est totalement différent que d’utiliser la violence (…) », a déclaré Hassan Rohani en Conseil des ministres selon des propos rapportés par la télévision d’Etat. « Nous accueillons positivement les critiques », a-t-il dit, ajoutant qu’il fallait « même créer les conditions pour la critique, les protestations légales, y compris des manifestations (…) ». « C’est le droit du peuple », a-t-il assuré.

« La nation est bien libre de faire entendre ses revendications et ses doléances. Mais elles doivent être exprimées de façon à ce qu’elles débouchent sur une amélioration de la situation du pays et de la vie des gens » a-t-il insisté.

« Certains problèmes économiques puisent dans les années passées et certains autres sont récents. Il incombe au gouvernement et au peuple de s’unir et de s’entraider. Mais le peuple ne se plaint pas seulement de la situation économique: il réclame la transparence sur les affaires de corruption. Il exige que la lumière soit faite sur certaines questions, que la lutte contre la corruption prenne une tournure plus sérieuse. Le peuple se réserve le droit de critiquer toutes les affaires du pays et nous estimons que le gouvernement et le pays appartiennent au peuple. » a-t-il ajouté.

Hassan Rohani a également refusé l’ingérence de Donald Trump et des pays du Golfe dans les affaires internes de l’Iran dont ces manifestations font partie.

Il est à noter qu’il y a eu également dans tout le pays des manifestations qui soutiennent le régime iranien avec la participation de milliers d’Iraniens.

Avec comme source : Le Point, Press TV

2 commentaires

  1. salam,

    Je suis converti à l’islam depuis bientôt 20 ans, et j’ai comme la grande majorité des nouveaux musulmans « opté » pour la tendance majoritaire sunnite.

    Maintenant, je souhaite rencontrer des frères et sœurs d’obédience chiite car je pense qu’ils détiennent une grande part de vérité.

    Je suis sur paris, pouvez vous m’orienter svp ?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *