la nuit d'al qadr

Les actes d’adoration à faire dans la nuit d’Al-Qadr dans le chiisme

La nuit du destin (laylat al-qadr) est la nuit dans laquelle le Coran a été révélé et est considéré comme la meilleure nuit de l’année pour adorer Dieu. Personne ne sait quelle nuit du mois est-elle exactement. Dans le chiisme, la 19ème, 21ème et 23ème nuit du mois de Ramadhan sont les nuits avec le plus de probabilité d’être la nuit du destin selon les hadiths chiites. Il est donc vivement recommander de les faire les trois. A noter que quand on dit la 19ème nuit, c’est le 18 après votre iftar qu’elle commence.

Dieu dit : « Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ? La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois. » (Coran : Sourate 97)

Le Saint Prophète (s) a dit : « Ô vous les gens ! Assurément, un mois béni et exalté vous a enveloppé. C’est un mois où il y a une nuit où il est meilleur d’y faire de bonnes œuvres que d’en faire durant mille mois. » (Bihar al-Anwar, vol 96, pg 342)

Vous pouvez retrouver ci-dessous les actes, prières, douas et supplications recommandés pour ces nuits. Ils sont tirés de Mafatih Al-Jinan (compilé par Abbas Al-Qommi et traduit par les éditions B.A.A). Les actes durant les nuits d’al-Qadr sont de deux sortes : les actes généraux faits durant chacune des 3 nuits et les actes spécifiques à chacune de ces 3 nuits.

Les actes communs aux 3 nuits

1) La douche rituelle ou les grandes ablutions.

Le savant al-Majlisî (que Dieu lui fasse miséricorde) dit que le mieux est de faire la douche rituelle au moment du coucher du soleil de sorte de prier la prière du soir en l’ayant faite.

2) La prière de 2 raka ’ats en récitant à chaque raka ’at, après al Fatiha (Sourate 1), Le Culte Pur (Sourate 112) 7 fois.

Après avoir fini la prière, dire 70 fois : Astaghfiru-llâha wa atûbu ilayhi (Je demande pardon à Dieu et je me repens auprès de Lui).

Il est [dit] dans an-Nabawi que celui qui la fait, ne se lève pas de sa place avant que Dieu ne lui ait pardonné ainsi qu’à ses parents.

3) Prendre le Coran, l’ouvrir et le mettre devant soi et dire :

Allâhumma, innî as’aluka bi-kitâbika-l-munzali wa mâ fîhi, wa fîhi ismuka-l-akbaru, wa asmâ’uka-l-husnâ, wa mâ yukhâfu wa yurjâ, an taja ‘lanî min ‘utaqâ’ika mina-n-nâri.

Mon Dieu, je Te demande par Ton Livre descendu [le Coran] et par ce qu’il contient, et il y a Ton Nom le plus Grand et Tes Noms les plus Beaux, de quoi effrayer et de quoi donner espoir, de me placer parmi ceux que Tu as affranchis du Feu [de l’Enfer].

A la fin, invoquer Dieu avec ce que l’on aime.

4) Prendre le Coran le mettre sur la tête et dire :

Allâhumma, bi-haqqi hadhâ-l-qurâni, wa bi-haqqi man arsaltahu bihi, wa bi-haqqi kulli mu’mininn madahtahu fîhi, wa bi-haqqika ‘alayhim, fa-lâ ahada a’rafu bi-haqqika minka.

Mon Dieu, par ce Coran, par celui par lequel Tu l’as envoyé, par chaque croyant que Tu y as honoré et par Ton Droit sur eux, car personne autre que Toi ne connaît Ta juste valeur.

Puis répéter dix fois séparément :

Bika yâ-llâhu (Par Toi, ô Dieu !)
bi-Muhammadinn (Par Mohammed !)
bi-‘Aliyyinn (Par ‘Alî !)
bi-Fâtimatah (Par Fâtimah !)
bi-l-Hasani (Par al-Hassan !)
bi-l-Husayni (Par al-Hussein !)
bi-‘Aliyyi bni-l-Husayni (Par ‘Alî ben al-Hussein !)
bi-Muhammadi bni ‘Âliyyinn (Par Mohammed fils de ‘Alî !)
bi-Ja‘fari bni Muhammadinn (Par Ja‘far fils de Mohammed !)
bi-Mûsa bni Ja’farinn (Par Mûssa fils de Ja‘far !)
bi-‘Aliyyi bni Mûsâ (Par ‘Alî fils de Mûssa !)
bi-Muhammadi bni ‘Aliyyinn (Par Mohammed fils de ‘Alî !)
bi-‘Aliyyi bni Muhammadinn (Par ‘Alî fils de Mohammed !)
bi-l-Hasani bni ‘Aliyyinn (Par al-Hassan ben ‘Alî !)
bi-l-Hujjati (Par al-Hujjat !)

Ensuite : demander à Dieu ce dont on a besoin.

5) La visite (ziyârat) à l’imam al-Hussein (p). Il est dit dans un hadith qu’à l’arrivée de la nuit d’al-Qadr, un crieur crie du 7ème ciel, de l’intérieur du Trône : « Dieu a pardonné à celui qui visite la tombe d’al-Hussein (p). »

6) Animer ces 3 nuits. Il est dit dans un hadith qu’à celui qui a animé la nuit d’al-Qadr, les péchés lui sont pardonnés, même s’ils sont au nombre des étoiles du ciel, du poids des montagnes, des mesures de la mer.

7) La prière de 100 raka’ats. Elle a beaucoup de faveurs.

Le mieux est de lire à chaque raka’at, après al-Hamd (Sourate I), Le Culte Pur (Sourate 112) 10 fois.

8) Dire :

Allâhumma, innî amsaytu laka ‘abdann, dâkhirann, lâ amliku linafsî naf ‘ann wa lâ darrann, wa lâ asrifu ‘anhâ sû’ann,
Mon Dieu, je me trouve au soir pour Toi, humble serviteur, ne possédant rien qui ne soit profitable ni nuisible à mon âme et n’écartant aucun mal d’elle.

Ash’hadu bi-dhâlika ‘alâ nafsî, wa a‘tarifu laka bi-da‘fi quwwatî, wa qillati hîlatî,
J’en témoigne sur moi-même et je reconnais devant Toi la faiblesse de mes forces et de mes moyens,

fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa anjiz lî mâ wa‘adtanî wa jamî‘a-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti, mina-l-maghfirati, fi hâdhihi-l-laylati,
aussi prie sur Mohammed et la famille de Mohammed, et pardonne-moi, durant cette nuit, comme Tu me l’as promis ainsi qu’à l’ensemble des croyants et des croyantes,

wa atmim ‘alayya mâ âtaytanî, fa-innî ‘abduka al-miskînu, almustakînu, ad-da‘îfu, al-faqîru, al-mahînu.
et complète ce que Tu m’as donné, car je suis ton serviteur, le misérable, l’humble, le faible, l’indigent, l’offensé.

Allâhumma, lâ taj ‘alnî nâsiyann li-dhikrika fîmâ awlaytanî, wa lâ li-ihsânika ghâfilann fîmâ a‘taytanî,
Mon Dieu, ne fais pas en sorte que j’oublie de T’évoquer pour ce que Tu m’as procuré, ou que je néglige les bienfaits que Tu m’as donnés,

wa lâ âyisann min ijâbatika, wa in abta’at ‘annî fi sarrâ’a, aw darrâ’a, aw shiddatinn, aw rakhâ’inn, aw ‘âfiyatinn, aw balâ’inn, aw bu’sinn, aw na‘-mâ’a, innaka samî‘u-d-duâ‘i’.
ou que je désespère de Ta Réponse si elle tarde [à venir], dans le bonheur ou le malheur, dans l’adversité ou l’aisance, dans la santé ou l’épreuve, dans la misère ou l’abondance, car Tu es Celui qui entend les invocations.

Al-Kafa‘amî a rapporté cette invocation de l’imam Zein al- ‘Abidîne(p) qui la récitait durant ces nuits, debout ou assis, incliné ou prosterné.

9) Le savant al-Majlisî (rah) dit que les meilleurs actes à faire durant ces nuits sont : la demande de pardon, le rappel de Dieu, l’invocation pour les demandes en ce monde et pour l’Au-delà, pour soi-même, et pour les parents, les proches, les frères croyants, vivants et morts, l’évocation [de Dieu], la prière sur Mohammed et la famille de Mohammed, en fonction de ses capacités.

10) ll est rapporté dans certains hadiths qu’il est recommandé de lire l’invocation La Grande Cuirasse (al-Jawshan al-kabîr) (Mafatih Al-Jinan – dispo sur notre site – page 345) durant ces 3 nuits.

11) Je dis : ll est rapporté que lorsque le Prophète(p) fut interrogé sur ce qu’il fallait demander à Dieu si quelqu’un accédait à la nuit d’al- Qadr, il(s) répondit : « La Santé/ salut ».

 

La première nuit : la 19ème nuit du mois de Ramadhan

Les actes spécifiques de la 19ème nuit :

1) Dire 100 fois :

Astaghfiru-llâha, rabbî wa atûbu ilayhi.
Je demande Pardon à Dieu, mon Seigneur, et je me repens auprès de Lui.

2) Dire 100 fois :

Allâhumma, al‘an qatalata amîri-l-mu’minîna.
Mon Dieu, maudis l’assassin du Prince des croyants.

3) Réciter ce qu’Al-Mufîd a rapporté dans al-Maqana ‘al, le tenant de ‘Alî fils de Mahazyâr, de [l’Imam] Mohammed at-Taqî(p) :

Yâ dhâ-l-ladhî kâna qabla kulli shay’inn, thumma khalaqa kulla shay’inn, thumma yabqâ wa yafnâ kullu shay’inn.
Ô Celui qui était avant toute chose puis qui a créé toute chose, puis qui demeure alors que toute chose disparaît.

Y â dhâ-l-ladhî laysa ka-mithlihi shay’unn, wa yâ dhâ-l-ladhî laysa fî-s-samâwâti-l-‘ulâ, wa lâ fî-l-aradîna-s-suflâ, wa lâ fawqahunna wa lâ tahtahunna wa lâ baynahunna, ilâhunn yu‘badu ghayruhu,
Ô Celui à Qui rien ne ressemble, ô Celui qui n’a pas, dans les cieux les plus élevés ni dans les terres les plus basses, ni au-dessus d’eux, ni en-dessous d’eux, ni entre eux, un Dieu qui serait adoré autre que Lui,

laka-l-hamdu hamdann lâ yaqwâ ‘alâ ihsâ’ihi illâ anta,
Louange à Toi d’une louange que nul ne peut recenser sauf Toi,

fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, salâtann lâ yaqwâ ‘alâ ihsâ’ihâ illâ anta.
aussi prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, d’une prière que nul ne peut recenser sauf Toi.

4) Dire :

Allâhumma, aja’l fîmâ taqdî wa tuqaddiru mina-l-amri-lmahtûmi, wa fîmâ tafruqu mina-l-amri-l-hakîmi fi laylati-l-qadri, wa fî-l-qadâ’i-l-ladhî lâ yuraddu wa lâ yubaddalu,
Mon Dieu, fais en sorte, dans ce que Tu arrêtes et mesures en ordre irrévocable, dans ce que Tu départages en ordre sage, la nuit d’al-Qadr, et dans le décret arrêté qui n’est ni annulé ni modifié,

an taktubanî min hujjâji baytika-l-harâmi, al-mabrûri hajjuhum, al-mashkûri sa’yuhumu, al-maghfûri dhunûbuhumu, al-mukaffari ‘anhum sayyi’âtuhum,
de m’inscrire parmi les pèlerins de Ta Maison Sacrée dont le hajj est agréé, le sai’î gratifié, les péchés pardonnés et les mauvaises actions expiées.

wa-ja‘l fîmâ taqdî wa tuqaddiru, an tutîla ‘umrî, wa tuwassi’a ‘alayya fi rizqî wa taf’ala bî kadhâ wa kadhâ..
et fais en sorte, dans ce que Tu arrêtes et mesures, de prolonger ma vie, d’augmenter mes ressources, et de faire
cela et cela….

A la place de «cela» et «cela», demander son besoin.

La deuxième nuit : la 21ème nuit du mois de Ramadan

Les faveurs de cette nuit sont plus grandes que celles de la 19ème nuit.

-Il faut accomplir, durant cette nuit, les actes communs aux nuits d’al-Qadr, voir au dessus.

-Les hadiths ont confirmé la recommandation de la douche rituelle, de la veillée, de l’assiduité dans les actes d’adoration durant cette nuit et la 23ème, et que la nuit d’al-Qadr peut être l’une de ces deux nuits.

Dans plusieurs hadiths, il est rapporté qu’un des Infaillibles(p) fut interrogé sur laquelle des deux nuits était celle d’al-Qadr. Il ne la désigna pas mais dit : « Quoi de plus facile que deux nuits pour ce que tu demandes ?! » ou «Pourquoi ne fais-tu pas du bien durant les deux nuits ?» Et dans ce sens, notre Sheikh Sadûq a dit, dans ce qu’il a dicté aux Sheikhs de la confession imamite lors d’une assemblée : « Le mieux est d’animer ces deux nuits en se remémorant le savoir. »

-Les invocations communes aux 10 dernières nuits. A partir de cette nuit, il y a des invocations communes aux 10 dernières nuits (Mafatih Al-Jinan – dispo sur notre site – page 868) que vous pouvez donc réciter pour la 21ème et 23ème nuit.

-C’est le jour du martyre du Prince des croyants, l’imam Ali ibn Abi Taleb (p). Il est bien de le visiter en ce jour et de lui lire les ziyarats qui lui sont destinées.

La troisième nuit :  La 23ème nuit du mois de Ramadhan

Elle est meilleure que les nuits précédentes. On peut déduire à partir de nombreux hadihs qu’elle est la nuit d’al-Qadr. Elle est la nuit d’al-Juhnî durant laquelle tout ordre sage est mesuré.

Pour cette nuit, il y a des actes particuliers, en plus des actes généraux communs aux 3 nuits.

1) La lecture des deux sourates L’Araignée (XXIX) et Rûm (XXX).

As-Sâdeq(p) a juré que celui qui lit ces deux sourates durant cette nuit est un habitant du Paradis.

2)La lecture de la sourate La Fumée (XLIV).
3)La lecture 1000 fois de la sourate Al-Qadr (XCVII).
4)Répéter durant cette nuit, et même à tout moment, l’invocation de la Délivrance pour accélérer la venue de l’imam Al-Mahdi (aj) :

Allâhumma, kun li-waliyyika al-Hujjati-bni-l-Hasani, salawâtuka ‘alayhi wa ‘alâ abâ’ihi,
Mon Dieu, sois pour Ton Proche-Ami/AIlié, l’Argument fils d’al-Hassan, que Tes Prières soient sur lui et sur ses pères,

fî hâdhihi-s-sâ‘ati wa fî kulli sâ‘atinn,
durant cette heure et à toute heure,

waliyyann wa hâfizhann, wa qâ’idann wa nâsirann, wa dalîlann wa ‘aynann
un Protecteur, un Gardien, un Chef, un Donneur de victoire, un Guide, un Seigneur

hattâ tus-kinahu ardaka taw‘ann wa tumatti‘ahu fîhâ tawîlann.
jusqu’à ce qu’il réside sur terre sans contrainte et qu’il y jouisse longuement.

bi-rahmatika yâ arhama ar-râhimîna.
Par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.

5) Dire :

Allâhumma, amdud lî fi ‘umrî, wa awsi‘ lî fî rizqî, wa asihha lî jismî, wa ballighnî amalî.
Mon Dieu, prolonge ma vie, augmente mes ressources, donne-moi la santé (à mon corps), fais-moi atteindre ce que j’espère.

Wa, in kuntu mina-l-ashqiyâ’i, fa-imhunî mina-l-ashqiyâ’i, wa uktubnî mina-s-su‘adâ’i,
Et si j’étais au nombre des misérables, efface-moi de leurs rangs (des misérables) et inscris-moi parmi les bienheureux,

fa-innaka qulta fî kitâbika-l-munzali ‘alâ nabiyyika-l- mursali, salawâtuka ‘alayhi wa âlihi : yamhû-llâhu mâ yashâ’u wa yuthbitu, wa ‘indahu ummu-l-kitâbi.
car Tu as dit dans Ton Livre descendu sur Ton Prophète Envoyé (que les prières soient sur lui et sur sa famille) : {Dieu efface ou confirme ce qu’il veut. La Mère du Livre se trouve auprès de Lui}. (39/ XIII)

6) Dire :

Allâhumma, aj‘al fimâ taqdî wa tuqaddiru mina-l-amri-lmahtûmi, wa fimâ tafruqu mina-l-amri-l-hakîmi fi laylati-l-qadri, wa fi-l-qadâ’i-l-ladhî lâ yuraddu wa lâ yubaddalu,
Mon Dieu, fais en sorte, dans ce que Tu arrêtes et mesures en ordre irrévocable, dans ce que Tu départages en ordre sage, la nuit A’al-Qadr, et dans le décret arrêté qui n’est ni annulé ni modifié,

an taktubanî min hujjâji bayti-ka-l-harâmi fi ‘âmî hadhâ, al-mabrûri hajjuhum, al-mashkûri sa‘yuhumu, al-maghfiûri dhunûbuhumu, al-mukaffari ‘anhum sayyi’âtuhum,
de m’inscrire pour cette année parmi les pèlerins de Ta Maison Sacrée, dont le hajj est agréé, le sai’î gratifié, les péchés pardonnés et les mauvaises actions expiées,

wa-j‘al fimâ taqdî wa tuqaddiru, an tutîla ‘umrî wa tuwas-si‘a lî fi rizqî.
fais en sorte, dans ce que Tu arrêtes et mesures, de prolonger ma vie, d’augmenter mes ressources.

7) Invoquer [Dieu] de cette invocation rapportée dans al-lqbâl.

Yâ bâtinann fi zhuhûrihi, wa yâ zhâhirann fi butûnih, wa yâ bâtinann laysa yakhfâ, wa yâ zhâhirann laysa yurâ,
Ô Profond dans Son Apparence, ô Apparent dans Ses Profondeurs, ô Profond qui n’est pas caché, ô Apparent qui n’est pas vu,

yâ mawsûfann lâ yablughu bi kaynûnatihi, mawsûfunn wa lâ haddunn mahdûdunn, wa yâ ghâ’ibann ghayra mafqûdinn, wa yâ shâhidann ghayra mashhûdinn,
ô Qualifié dont aucun qualificatif n’atteint l’Être, qu’aucune limite ne limite, ô Absent qui n’est pas manquant, ô Témoin qui n’est pas attesté,

yutlabu fa-yusâbu, wa lam yakhlu minhu-s-samâwâtu wa-l-ardu, wa mâ baynahumâ tarfata ‘ayninn, lâ yudraku bi-kayfinn wa lâ yu’ayyanu bi- ayninn wa lâ bi-haythu.
Demandé, Il est trouvé, les cieux et la terre et ce qu’il y a entre les deux ne se vident pas de Sa Présence le temps d’un clin d’œil, nul ne peut saisir comment Il est, nul ne peut Le localiser en un lieu ni par un lieu.

Anta nûru-n-nûri wa rabbu-l-arbâbi, ahatta bi-jamî‘i-l-umûri.
Tu es la Lumière de la lumière, le Seigneur des seigneurs, Tu comprends l’ensemble des choses.

Subhâna man laysa ka-mithlihi shay’unn, wa huwa as-samî‘u albasîru, Subhâna man huwa hakadhâ wa lâ hakadhâ ghayruhu.
Gloire à Celui qui n’a pas de pareil, qui entend et qui voit. Gloire à Celui qui est ainsi et nul autre n’est ainsi.

Demander ensuite ce que l’on veut.

8) Faire une autre douche rituelle à la fin de la nuit (autre que celle faite au début de la nuit).

9) Il y a beaucoup de faveurs pour la douche rituelle, la veillée, la ziyârat à l’imam Hussein(p), la prière de 100 raka’ats durant cette nuit. Les hadiths le confirment.

-Sheikh Al-Tusi a rapporté dans at-Tahdhib, d’Abû Basîr qui dit :

L’Imam as- Sâdeq(p) me dit : « Prie, durant la nuit qui est probablement la nuit d’al-Qadr, 100 raka’ats, en récitant pour chaque raka’at Le Culte Pur (CXII) 10 fois. » Je lui demandai : « Que je sois en rançon pour toi ! Et si je n’ai pas assez de force pour le faire debout ? » Il me répondit : « Prie-les assis. » – « Et si je ne le peux pas. » – «Fais-les même si tu es couché au lit. »

-Dans le livre de Da a im al-Islâm, il est dit que le Messager de Dieu(s) roulait son matelas et retroussait les pans de son manteau [pour se consacrer] aux actes d’adoration durant les 10 dernières nuits de Ramadan. Il réveillait sa famille la 23ème nuit et aspergeait d’eau le visage de ceux qui dormaient durant cette nuit.

-Fâtima (p) ne laissait pas sa famille dormir durant cette nuit : elle leur donnait peu à manger et les préparait pendant la journée. C’est-à-dire elle leur ordonnait de dormir pendant la journée pour qu’ils ne s’endorment pas pendant la nuit. Elle disait : « Malheureux est celui qui est privé des biens de cette [nuit], »

-Il est rapporté qu’un jour, [l’imam] as-Sàdeq(p) tomba malade et qu’il(p) demanda à être emmené à la mosquée où il resta jusqu’à ce que ce soit le matin de la 23ème nuit du mois de Ramadan.

-Le savant al-Majlisî (rah) dit : « Durant cette nuit, tu dois lire ce que tu peux du Coran et invoquer Dieu des invocations d’as-Sahîfah as-Sajjâdiyyah, notamment celles Des actes nobles de ta Morale N°20 et Le Repentir N°31.»

-Il faut faire attention au côté sacré des jours des nuits d ’al-Qadr et de les occuper par des actes d’adoration, la lecture du Coran glorieux et les invocations. Il est rapporté selon une chaîne de transmission considérée que
le jour d’al-Qadr équivaut à sa nuit.

10) Autres invocations de la 23ème nuit

yâ rabba laylati-l-qadri, wa jâ’ilahâ khayrann min alfi shahrinn,
Ô Seigneur de la nuit d’al-Qadr qu’Il a rendue meilleure que mille mois,

wa rabba-l-layli wa-n-nahâri, wa-l-jibâli wa-l-bihâri, wa-zhzhulami wa-l-anwâri, wa-l-ardi wa-s-samâ’i,
Seigneur de la nuit et du jour, des montagnes et des mers, des ténèbres et des lumières, de la terre et du ciel,

yâ bârî’u, yâ musawwiru, yâ hannânu, yâ mannânu, yâ-llâhu, yâ rahmânu, yâ-llâhu, yâ qayyûmu, yâ-llâhu yâ badî‘u,
ô Créateur, ô Celui qui forme [toute chose], ô Affectueux, ô Celui qui comble de faveurs, ô Dieu, ô Tout-Miséricordieux, ô Dieu, ô Sustentateur, ô Dieu, ô Innovateur,

yâ-llâhu yâ-llâhu yâ-llâhu laka-l-asmâ’u-l-husnâ wa-l-amthâlul-‘uliyâ wa-l-kibriyâ’u wa-l-âlâ’u,
ô Dieu, ô Dieu, ô Dieu, à Toi sont les plus Beaux Noms, les Exemples les plus élevés, la Grandeur et les Bienfaits,

as’aluka an tusalliya ‘alâ Mu hammadinn wa âli Muhammadinn, wa an taj‘ala ismî, fî hadhihi-l-laylati, fi-s-su‘adâ’i,
je Te demande de prier sur Mohammed et la famille de Mohammed, de mettre mon nom, durant cette nuit, avec les Bienheureux,

wa rûhî ma‘a-sh-shuhadâ’i wa ihsânî fi ‘illiyyîna wa isâ’atî maghfûratann,
mon esprit avec les martyrs, mes bonnes actions au degré des élevés et de me pardonner mes mauvaises actions,

wa an tahaba lî yaqînann tubâshiru bihi qalbî, wa îmânann yudhhibu-sh-shakka ‘annî wa turdiyanî bimâ qasamta lî,
[je Te demande] de m’accorder une certitude par laquelle Tu entreprends mon coeur, une foi qui dissipe le doute en moi, de me rendre satisfait de ce que Tu as réparti pour moi,

wa âtinâ fi-d-dunyâ hasanatann, wa fi-l-âkhirati hasanatann, wa qinâ ‘adhâba-n-nâri-l-harîqi,
de nous donner un bienfait en ce monde-ci et un bienfait dans l’Au-delà, de nous protéger du châtiment du Feu brûlant,

wa-rzuqnî fîhâ dhikraka, wa shukraka, wa-r-raghbata ilayka, wal-inâbata, wa-t-tawbata, wa-t-tawfîqa limâ waffaqta lahu Muhammadann wa âla Muhammadinn, ‘alayhimu as-salâmu.
de m’accorder l’évocation de Toi, la reconnaissance envers Toi, le désir de Toi, le regret [des péchés], le repentir et la réussite pour ce que Tu as accordé à Mohammed et à la famille de Mohammed (que la paix soit sur lui et sur eux).

 

– Dire également :

Yâ mudabbira-l-umûri, yâ bâ’itha man fi-l-qubûri, yâ mujriya-lbuhûri, yâ mulayyina-l-hadîdi li-Dâ’uda, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-fa‘l bî kadhâ wa kadhâ,
Ô Celui qui arrange les choses, ô Celui qui ressuscite ceux qui sont dans les tombes, ô Celui qui fait couler les
mers, ô Celui qui ramollit le fer pour Daoud, prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et fais de moi ainsi…ainsi… (demander ce dont on a besoin)

al-laylata, al-laylata.
la Nuit, la Nuit.

Lever les bras vers le ciel au moment de dire : «Ô Celui qui arrange les choses…» jusqu’à la fin de l’invocation. Invoquer Dieu de cette invocation incliné, prosterné, debout et assis et la répéter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *