L’imam Ali (as) est le fondateur de la grammaire arabe !

Le nahw (grammaire arabe) est l’une des sciences les plus importantes dans les études islamiques. En effet, le savant ne peut comprendre et étudier les textes originels de l’islam sans maîtriser complètement la langue dans laquelle ils ont été écrits.

Ainsi, l’étudiant dans la hawza chiite donne beaucoup de son temps à cette science, surtout les trois premières années de son cursus où le nahw représente presque la moitié des cours.

Au début de la propagation de l’islam en dehors de la péninsule arabique après la mort du Prophète Mohammad (sawas), la maîtrise de l’arabe s’est affaiblie puisque de nouvelle populations non-arabes rejoignirent l’empire islamique et utilisèrent la langue du Coran. C’est alors que l’imam Ali ibn Abi Taleb (as) a décidé de fonder la science de la grammaire arabe pour sauver la langue de l’islam et l’a enseigné à son compagnon Abu Al-Aswad Al-Du’ali.

La théorisation des bases linguistiques de l’arabe, leur mise à l’écrit et leur transmission aux prochaines générations dans une époque où tout était limité à l’oralité revient alors à l’imam des musulmans et émir des croyants Ali ibn Abi Talib (as).

L’un des premiers textes qui est étudié dans le nahw, chez les chiites ou sunnites, est Matn Al-Ajroumiya avec ses différentes explications.

Vous retrouverez ci-dessous les détails du rôle de l’imam Ali (as) dans l’extrait de la préface à l’explication (Al-Tuhfa Al-Saniyya de َAbd Al-Hamid) de ce matn écrit par le savant sunnite Azzedine Dali (les notes en fin de page ont été ajoutées par nous) :

« Les récits transmis indiquent que le premier à avoir fondé le nahw est Abu Al-Aswad Al-Du’ali et qu’il l’a pris d’Ali ibn Abi Taleb, que la paix soit sur lui. Abu Al-Aswad était Koufite d’origine mais a grandi à Bassora.

Certains ont dit :

Nous a transmis le nahw, Al-Du’ali
De l’émir des croyants, l’héro
Ali a commencé le nahw et ainsi
Ibn Asfour Ali l’a terminé

La raison pour laquelle Ali, que la paix soit sur lui, a fondé cette science se trouve dans ce qu’a rapporté Al-Qassem Al-Zajjaji dans son ‘Amali’ avec une chaîne de transmission (sanad) allant à Abi Al-Aswad Al-Du’ali(1) qui dit :

Je suis rentré chez Ali ibn Abi Talib, que la paix soit sur lui. Je l’ai alors vu entrain de réfléchir. Je lui ai dit : Tu penses à quoi, ô émir des croyants ?

Il répondit : J’ai entendu dans votre pays-ci du lahn(2). J’ai alors voulu faire un écrit sur les fondements de la langue arabe.

Je lui ai alors dit : Si tu le fais, tu nous revivifieras et cette langue persistera parmi nous.

Je suis retourné chez lui après trois jours. Il m’a alors donné un manuscrit où il y avait :

Au nom de Dieu Le Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux. Tout énoncé est un nom, verbe ou préposition. Le nom est ce qui exprime le dénommé. Le verbe est ce qui exprime le mouvement(3) du dénommé. La préposition est ce qui exprime le sens de ce qui est ni nom et ni verbe.

Ensuite, il me dit : Suis cela et ajoute-y ce que tu trouveras. Et sache, ô Abu Al-Aswad, que les choses sont de trois catégories : l’apparent, l’occulté et ce qui est ni apparent, ni occulté(4). Les gens s’élèvent entre eux sur ce qui ni apparent, ni occulté.

Abu Al-Aswad dit : J’ai alors rassemblé des éléments et je les lui ai présentés. Il y avait parmi eux les prépositions de nasb(5) et j’y ai mentionné les inna, anna, layta, la’alla et ka’anna et je n’ai pas mentionné lakinna

Il m’a alors dit : Pourquoi tu l’as délaissé ?

J’ai donc répondu : Je ne l’ai pas comptée parmi elles.

Il dit alors : Elle fait partie d’elles, ajoute-la donc.

Et à chaque fois que je rédigeais un nouveau chapitre des chapitres du nahw, je le lui présentais jusqu’à recevoir(6) ce qui est assez.

Il dit : Quel beau nahw que tu as fait là !

Et c’est pour cela qu’il fut appelé nahw »

Notes

(1) Le savant sunnite Al-Motaqqi Al-Hindi l’a rapporté dans son livre Kanz Al-Ummal
(2) Le lahn en arabe a plusieurs sens mais ici il signifie la faute grammaticale. Les arabes, même les illettrés, considéraient comme grave et honteux pour un arabe de commettre des lahns.
(3) l’action
(4) Cette troisième catégorie pourrait désigner le vague ou l’ambigu (al-mobham)
(5) Les prépositions de nasb sont celles qui transforment les mots qui les suivent dans l’état de « mansub », c-a-d que ces mots prennent une fatha (son a)
Par exemple : Ali est parti à l’école (Aliyyun dhahaba ila l-madrassati)
Avec une préposition de nasb comme Inna (certes), cela devient : Inna Aliyyan dhahaba ila l-madrassati
(6) Recevoir de science et explications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *