Sayed Al-Himyari, le grand poète et compagnon de l’imam Al-Sadiq

Introduction

Ismael ben Mohamad Al-Himyari (723-789 ap. JC), plus connu sous le nom « Al-Sayed Al-Himyari», était un poète chiite jafarite et l’un des compagnons de l’Imam Jafar Al-Sadiq (as). Il est considéré comme l’un des plus grands poètes arabes de la période islamique primitive.

Il est né de parents ibadites (un sous-groupe des kharijites) à Oman et qui étaient ouvertement nassibis (individus détestant Ahl el Bayt) n’hésitant pas à insulter l’Imam Ali (as). Il grandit à Bassora en Iraq. Notez qu’à notre époque, la grande majorité des ibadites n’insultent pas l’imam Ali et lui portent un certain respect tout en continuant à affirmer qu’il s’est trompé politiquement lors de l’arbitrage et de la bataille de Nahrawan.

Sa poésie

Concernant ses parents, Sayed Al-Himyari dit dans l’un de ses poèmes :

Que Dieu maudisse mes deux parents,
Ensuite, qu’Il les torturent en enfer,
[Ma malédiction est] une règle matinale,
Comme eux qui avaient l’habitude de prier la prière de l’aube,
En maudissant le légataire (al-wassi), la porte des sciences (= Ali),
Ils maudirent le meilleur homme qui marcha sur cette terre,
Ou qui tourna autour d’Al-Hatim [monument devant la Ka’ba] en état de pèlerin,

لعن الله والدي جميعا ثم أصلاهما عذاب الجحيم
حكما غدوة كما صليا الفجر بلعن الوصي باب العلوم
لعنا خير من مشى فوق ظهر الأرض أو طاف محرما بالحطيم

Il se convertit tout d’abord à une secte chiite, les kaysanites. Ce secte croyait qu’après l’Imam Al-Hussein (as), l’imamat revenait à son frère Mohammad ibn Al-Hanafiya et que ce dernier n’est pas mort mais est rentré en occultation dans la montagne de Radwa en Arabie où il est protégé par des lions et se nourrit de chèvres et il apparaître en tant que le Mahdi promis et attendu.

Kuthayyir Azza, l’un des plus grands poètes arabes de l’amour (Azza était le nom de son amoureuse), était aussi kaysanite et l’exprimait dans ses poèmes :

Vraiment, les imams de Quraysh
Les alliés de la vérité sont quatre égaux
Ali et trois de ses enfants
Ils sont les petit-enfants, guère de doutes
Un petit-enfant, celui de la foi et l’obéissance (Hassan)
Et un autre, son occultation est Kerbala (Hussein)
Et un autre qui ne goûte pas la mort jusqu’à (Mohammad ibn al-Hanafiya)
qu’il mène les chevaux, l’emblème le présente
Occulté, il ne voit pas en eux de temps
Dans [la montagne de] Radwa, il a du miel et de l’eau

ألا إن الأئمـــــــــة مـــــــــن قــــــــريش ولاة الحـــــــــق أربعـــــــــة ســـــــــواء
علـــــــي والثلاثـــــــة مـــــــن بنيـــــــه هــــم الأســـــباط ليس بهـــــم خفـــــاء
فســـــــبط ســـــــبط إيمـــــــان وبــــــر وســـــــــــبط غيبتـــــــــــه كــــــــــربلاء
وســـــبط لا يـــــذوق المـــــوت حـــــتى يقــــــود الخـــــــيل يقدمــــــه اللــــــواء
تغيـــــــب لا يـــــــرى فيهــــــم زمانــــــا برضـــــوى عنــــــده عســــــل ومــــــاء

Ensuite, Sayed Al-Himyari rencontre l’Imam Jafar Al-Sadiq (as) et se convertit au chiisme jafarite (pas encore appelé duodécimain ou imamite).

Il dit dans l’un de ses poèmes :

Et lorsque j’ai vu que les gens, au sujet de la religion, ont été égaré,
Je suis devenu ja’farite, au nom d’Allah, parmi ceux qui le sont devenus !

ولما رأيت الناس في الدين قد غووا تجعفرت باسم الله فيمن تجعفروا

Ses mérites

– L’Imam Jafar Al-Sadiq (as) lui a dit : « Ta mère t’a appelé ‘sayed’ (‘maître’) et tu as eu une réussite dans cela. Tu es le maître des poètes. »
قال الإمام الصادق(عليه السلام) له: «سمّتك أُمّك سيّداً ووفّقت في ذلك، أنت سيّد الشعراء»

Al-Kuna wal Al-Qab, d’Abbas Al-Qummi, Vol 2, page 334

– L’Imam Jafar Al-Sadiq (as) lui a dit : « Ô Sayed, dis la vérité, Dieu te fera apparaître ce qui est en toi et te fera miséricorde et il te fera rentrer dans le paradis qu’Il promis à ses alliés »
قال الإمام الصادق(عليه السلام) له: «يا سيّد، قل بالحقّ يكشف الله ما بك ويرحمك، ويدخلك جنّته التي وعد أوليائه»

Rijal Al-Kishshi, Vol 2, page 573

– Shaykh Abbas Al-Qummi, l’auteur de Mafatih Al-Jinan et Al-Kuna wal Al-Qab, a dit à son propos : « le maître (sayed) des poètes, sa situation dans la grandeur est apparente et sa gloire est immense »

Al-Kuna wal Al-Qab, d’Abbas Al-Qummi, Vol 2, page 334

– Al-allama Al-Hilli a dit à son propos : « un homme de confiance, grand dans son statut, sa situation et sa place sont immenses »

Kholasate al-aqwal, page 57

– Al-Dhahabi, grand savant et biographe sunnite, dit à son propos : « l’un des plus grands poètes mais il était un pur rafidhite. Son nom était Abu Hashim Isma’il ben Mohammad ben Yazid ben Rabi’a Al-Himiari. Il a des éloges sur Ahl el Bayt. Il était à Bassorah puis à Baghdad »

Siyar a’lam al-nubala’, d’Al-Dhahabi, vol 7

 

Source de l’article : reformechiite.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.