Arabie Saoudite: 15 chiites condamnés à mort pour espionnage avec l’Iran

L’Arabie saoudite a condamné à mort 15 personnes présumées d’espionnage avec l’Iran et a infligé 15 autres peines allant de 6 mois à 25 ans de prison.

En février, 32 hommes ont été jugés, parmi eux, 30 membres de la minorité Chiite du Royaume ainsi qu’un ressortissant Iranien et un Afghan. Les procureurs les accusent de trahison, de mise en place d’un réseau d’espionnage et de transmission de données sensibles sur les zones militaires.

Les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran se sont intensifiées au cours de la dernière année. Les Wahhabites ont rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran en janvier, après l’exécution du Sheikh Nimr al-Nimr.

Taha al-Hajji, un avocat représentant la plupart des accusés, a déclaré au groupe des Droits de l’Homme que ses clients avaient été détenus entre 2013 et 2014 sans mandat d’arrêt et en secret.

Selon les médias saoudiens la plupart des 32 hommes arrêtés étaient d’anciens employés des ministères de la Défense et de l’Intérieur. La plupart provenaient de la province de l’Est, qui abritait la majorité des chiites d’Arabie saoudite.

Les chiites constituent 10 à 15% des 28 millions d’habitants du royaume et beaucoup déclarent souffrir de discrimination systématique dans l’éducation publique, dans le système judiciaire, l’emploi au gouvernement et liberté religieuse.

La dissidence est rarement tolérée et, entre 2011 et 2013, plus de 20 personnes ont été abattues par les forces de sécurité et des centaines d’autres ont été détenues pendant les manifestations pacifiques des chiites demandant la fin de la discrimination.

Amnesty International a déclaré que le procès des 32 hommes était «manifestement injuste».

Avec comme source: Abna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.