Image Archive: Taleh Bagirzade (Sheikh Barigov)

Arrestation de plusieurs Chiites en Azerbaïdjan

Plusieurs chiites membres du Mouvement pour l’Unité Musulmane (MMU) en Azerbaïdjan, accusés de crimes graves et de rébellion contre le régime en place, ont été arrêtés et jugés ce 4 août 2016 à Bakou.

La descente des forces de police a eu lieu en Novembre dernier, lors de l’évènement d’Araba’een marquant le 40ème jour du Martyr de l’Imam Hussein (as) lors de la bataille de Karbala. Ce jour là, Taleh Bagirzade – appelé aussi Sheikh Bagirov – jeune chiite dirigeant le Mouvement pour l’Unité Musulmane (MMU), Fuad Qahramanli, vice-président du Front Populaire (AHCP), ainsi que 13 autres fidèles chiites ont été interpellés lors de la prière par un raid, dans le village de Nardaran, en périphérie de Bakou.

Inculpés pour assassinat, terrorisme, incitation à la haine religieuse, organisation de trouble d’ordre public, possession illégale d’armes. Tous rejettent ces fausses accusations et déclarent avoir été soumis à des séances de torture afin de reconnaître les faits.

Des témoins affirment que des violences ont éclatées lorsque les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation brutale de Taleh Bagirzade, alors qu’il prononçait un discours à l’occasion de l’évènement religieux. La police n’a pas hésité à ouvrir le feu, au moins quatre personnes ont été tuées par balles.

Selon la version des faits du gouvernement, cette intervention avait pour but de liquider le « groupe criminel » (MMU) agissant sous le couvert de la religion pour ses opérations terroristes et les forces de l’ordre auraient été attaquées avec des grenades et des armes automatiques. Des arrestations ont quand même eu lieu, allant jusqu’à 50. Certains ont été libérés, d’autres sont encore en attente de jugement.

L’arrestation du Sheikh Barigov a eu lieu quelques mois après avoir rencontré certains religieux chiites très respectés en Azerbaïdjan, ainsi qu’un haut dignitaire iranien, l’Ayatollah Nouri Hamedani. La presse a diffusé des images de ce meeting, ce qui ravit la communauté chiite du pays. Il est alors accusé de travailler pour des Etats étrangers cherchant à renverser le gouvernement en place du Président Illham Aliev, afin de le remplacer par un Etat Religieux et instaurer la « Charia ».

Barigov affirme avoir été torturé afin d’incriminer Ali Kerimli le président de l’AHCP, ainsi que Camil Hasanli chef de l’opposition du Conseil national des forces démocratiques (parti opposant du régime actuel). Il souligne qu’il n’a jamais prôné la violence et que ces arrestations ne sont qu’une représaille suite aux critiques faites par le MMU contre l’ordre constitutionnel du pays. Il est ainsi considéré comme un vecteur de propagande anti-Etat.

Son avocat, Elcin Sadiqov déclare que de nombreux points dans les accusations proférées à son égard restent flous et que les preuves avancées contre lui sont caduques.

L’Azerbaïdjan est un régime laïc à majorité chiite (répresentant 85% de la population) qui persécute tout ce qui attrait au religieux, en particulier les mouvements chiites. En effet, en 2010, le gouvernent d’Aliev réprima un soulèvement populaire chiite contre la lourde répression que subit le pays jusqu’à aujourd’hui.

 

Avec comme sources : ABNA, Radio F.E

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.