Bahreïn: Condamnation à mort de 3 jeunes chiites… les ONG alertent à leur imminente exécution !

La Cour de cassation de Bahreïn a confirmé ce lundi trois condamnations à mort et sept peines de prison à vie pour les membres d’un groupe, accusés du meurtre de trois policiers, selon une source judiciaire.

Trois membres du groupe ont été condamnés à mort et les sept autres à la prison à vie et à la déchéance de nationalité. Les audiences étant fermées au public, le plaidoyer des condamnés dans ce dossier n’a pas été communiquée. Ce jugement vient dans une suite de violations des droits de l’homme par les autorités et de jugements injustes. Il est à noter que selon les témoignages les trois condamnés à mort ont été torturés en prison.

Il y a une grande peur l’exécution des trois jeunes soit imminente car plusieurs éléments signalent que les autorités bahreïnies préparent les démarches. Par exemple, les familles des trois condamnés à mort ont été appelés cette semaine par la prison pour visiter en urgence leurs enfants et pour réprendre leurs affaires.

Depuis février 2011, la dictature bahreïnie matte la révolution du peuple avec des centaines de tués et des milliers de prisonniers politiques et d’opinion avec énormément de cas de tortures. En mars 2011, les forces saoudiennes et émiraties étaient rentrées dans le sol bahreïni pour aider la dictature bahreïnie à réprimer dans le sang le mouvement de contestation.

Amnesty International a lancé une campagne de sensibilisation et action urgente.

De leurs côtés, 8 organisations de défense des droits de l’homme bahreïnies ont envoyé un appel urgent au secrétaire général de l’ONU qui a été publié sur le site de l’ONG Salam :

Monsieur António Guterres,

Les autorités bahreïnies depuis février 2011 ont émis de nombreuses condamnations dans des tribunaux sans équité allant à l’encontre de l’article 10 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’article 6 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques alors que les autorités juridiques ont énormément fermé les yeux sur les personnes liées aux forces des services de sécurité qui sont accusées de meurtres de citoyens à travers la torture dans les lieux de détention ou par le tir à balles réelles sur des manifestants pacifiques.

Nous vous demandons d’intervenir immédiatement et de manière urgente, au vu de la gravité du dossier des condamnations à mort à Bahreïn et des sérieuses préoccupations quant à l’application arbitraire de ces sanctions, dans la libération immédiate des prisonniers d’opinions Sami Mushaima, Ali Al-Singace et Abbas Al-Samea et l’annulation de leurs peines. Nous demandons également que les autorités bahreïnies arrêtent d’agir comme si le droit à la vie est l’un des droits qui peuvent être violés dans l’irrespect total de la Charte internationale des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.