Sayed Hassan Nasrallah avec Michel Aoun (AFP Photo/Joseph Barrak)

Le président libanais Aoun : nous avons besoin du Hezbollah et de ses armes pour la résistance

Le président libanais Michel Aoun a déclaré dimanche à la chaîne de télévision égyptienne CBC tout son soutien au mouvement de résistance islamique et national Hezbollah et à sa légitimité de défendre son pays.

Le président Aoun a débuté une tournée dans le monde arabe avec l’Egypte comme première destination. C’est dans ce cadre qu’il fut interviewé par CBC.

« Du moment qu’Israël occupe toujours le territoire libanais et continue à avoir des vues sur ses ressources naturelles, et tant que l’armée ne détient pas la force nécessaire pour faire face à Israël, nous sentons que les armes du Hezbollah sont nécessaires. Elles viennent compléter la force de l’armée et ne la contredisent pas. Preuve en est, il n’existe pas de résistance armée à l’intérieur du territoire (…) ceux qui composent le Hezbollah sont les habitants du Sud, ils se défendent lorsque Israël les attaque ou s’il tente d’envahir leurs terres. Il ne s’agit pas d’une armée importée. Il n’est pas possible de demander à des citoyens libanais de remettre leurs armes lorsque leur terre a été occupée plus d’une fois depuis 1978. Israël ne s’est retiré des territoires libanais que sous la pression de la résistance (…) » a-t-il déclaré à la chaîne égyptienne.

« Le fait que le Hezbollah n’utilise pas ses armes à l’intérieur du territoire ne constitue pas seulement une garantie donnée, mais elle est aussi un état de fait, le Hezbollah connaît les limites de l’utilisation des armes et nous lui faisons pleinement confiance. De plus, nous n’accepterons pas que cet état de fait constitue une menace à la sécurité au Liban. »

Lors de l’interview, Michel Aoun a tenu également à préciser que le Hezbollah n’est intervenu dans le conflit syrien que lorsque le Liban s’est trouvé confronté avec la menace terroriste. « La présence du Hezbollah en Syrie est dirigée contre les organisations terroristes présentes sur place comme Daech et le Front al-Nosra », a-t-il souligné.

Ces déclarations du président libanais Aoun viennent renforcer ceux tenus par le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil le 26 janvier. En effet, ce dernier avait insisté au cours d’un meeting sur le fait que le Hezbollah était primordial dans la défense du pays contre Israël et le terrorisme.

Avec comme sources : OLJ, iloubnan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.