Image d'archive : Frappe des forces populaires yéménites

Affrontements entre forces yéménites et saoudiennes dans les frontières !

Ce mercredi matin, les forces populaires d’Ansarullah se sont infiltrés dans la région frontalière de Jizane. Plusieurs affrontements sont en cours entre les forces yéménites et les militaires saoudiens à la lisière de la localité saoudienne de Samta, a rapporté le site d’Al-Manar.

L’armée saoudienne est sur le point de s’effondrer :

Un haut commandant du mouvement yéménite Ansarullah a affirmé que l’armée saoudienne est sur le point de s’effondrer en raison de la puissance défensive des forces yéménites.

Dans une interview accordée à l’agence iranienne Fars, Hussein al-Houthi, un haut commandant des forces populaires yéménites, a fait état de l’intensification des affrontements dans les zones frontalières entre le Yémen et l’Arabie saoudite.

« A Najrane (sud de l’Arabie), huit mercenaires des Saoudiens viennent d’être tués », a-t-il déclaré avant d’indiquer que « les forces yéménites ont réussi aussi à repousser une offensive d’envergure des mercenaires saoudiens vers la base militaire d’al-Shorfa (Najrane) en dépit du soutien aérien saoudien ».

M.al-Houthi a dit que les unités balistiques du Yémen avaient tiré des roquettes Katioucha sur un poste militaire à al-Sababeh à Jizane (sud de l’Arabie), où s’était rassemblés une vingtaine de militaires saoudiens. « Plusieurs d’entre eux ont été tués ou blessés », a-t-il ajouté, rapporte le site iranien PressTV.

Il a en outre déclaré à l’agence Fars que les opérations des forces yéménites à Jizane, Najrane et Assir risquent de faire effondrer l’armée saoudienne.

« Ces derniers jours, l’armée yéménite et Ansarullah ont mené des opérations sans précédent dans ces trois régions, et ont infligé de lourds dégâts aux militaires saoudiens », a-t-il déclaré.

Des sources saoudiennes confirment depuis deux semaines que les forces yéménites se sont particulièrement concentrées dans des opérations le long des frontières avec l’Arabie saoudite, et que les attaques qu’elles y mènent, en représailles aux attaques saoudiennes, étaient douloureuses pour l’armée saoudienne dont le nombre des tués augmente considérablement dans ces zones frontalières.

La peur gagne ainsi les rangs des militaires saoudiens et de leurs alliés arabes, qui s’inquiètent de plus en plus de la gravité de la situation dans les zones frontalières entre l’Arabie saoudite et le Yémen.

Ce qui inquiète surtout les Saoudiens et leurs alliés c’est qu’ils savent que l’armée yéménite et Ansarullah n’ont utilisé que la moitié de leurs capacités militaires visant les bases terrestres à l’intérieur du territoire saoudien.

La délégation nationale rencontre les ambassadeurs de 18 pays :

La délégation nationale (armée + Ansarullah) s’est entretenue mardi avec les ambassadeurs de 18 pays regroupant les pays du Golfe, les Cinq du conseil de sécurité de l’ONU ainsi que d’autres pays.

« Un an et demi après le blocus et l’agression militaire saoudo-US contre le Yémen, les Yéménites ne sont pas prêts à des solutions partielles mais à un règlement global capable de mettre fin à l’agression, de lever le blocus, et de mettre en place un gouvernement d’union nationale », a répété la délégation nationale à l’adresse des 18 ambassadeurs.

La délégation soutenue par l’Arabie s’est retirée lundi des négociations organisées à Koweït.

L’Iran condamne le massacre des enfants yéménites :

Yemen-Sanaa-660x330

Entre-temps, le retrait de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite de la liste des violateurs des droits des enfants au Yémen est un acte de haute trahison contre les droits des enfants, discrédite les rapports de l’ONU et porte atteinte au fondement du droit international humanitaire, a déclaré le représentant permanent d’Iran aux Nations unies, cité par PressTV.

Gholam-Ali Khoshrou qui s’exprimait, mardi 2 août, lors d’une réunion générale du Conseil de sécurité sur les enfants et les atrocités armées s’est interrogé:

« Est-ce que les frappes aériennes au Yémen qui se sont soldées par la mort des centaines d’enfants ont-elles eu d’autres résultats que la propagation d’Al-Qaïda et Daech ? Est-ce que  la communauté internationale insensible envers le massacre des enfants yéménites, peut-elle être indifférente vis-à-vis de la menace stratégique que pose la propagation du terrorisme et de l’extrémisme ? »

D’après le dernier rapport de Ban Ki-moon sur la situation des enfants au Yémen, les attaques contre les mineurs dans ce pays ont été multipliées par six au cours de l’an dernier, suite à quoi 875 enfants ont trouvé la mort.

 

– La rédaction Shiacity avec comme sources : Al-Manar et Press TV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.